29 novembre 2015

Ecrit par Gooddick à 23h20

La bêta ouverte de Rainbow Six : Siege est disponible depuis quelques jours sur Uplay. Si vous avez loupé nos impressions sur le jeu, vous pouvez les trouver sur cette page. Cette nouvelle bêta propose peu de nouveautés. Le plus grand problème qui n’a jamais été adressé depuis l’alpha est le netcode catastrophique du titre. De nombreux posts sur les forums officiels et sur reddit sont visibles sur ce problème. En plus d’avoir un tickrate très bas, le jeu a une compensation du lag effrayante. Même le moteur Source n’a pas à rougir face à Rainbow Six : Siege.

Quelques vidéos pour illustrer mes propos :

Il sera facile d’en rajouter en citant qu’Ubisoft veut que son jeu soit orienté compétitif… En attendant, les développeurs du jeu ont publié une vidéo "renversante" sur les fonctionnalités GameWorks de Rainbow Six : Siege. En parlant de fonctionnalités, cette bêta est beaucoup plus gourmande que la précédente pour le même rendu. Avec un i5 3570k et une GTX 970, il faut descendre les options pour faire tourner le jeu à plus de 60 fps constants. Décidément, ce n’est pas demain qu’Ubisoft sortira un FPS décent sur cette licence.


Ecrit par Gooddick à 21h41

Just Cause 3 arrive sur nos machines le 1er décembre et le premier patch officiel est déjà annoncé. Il sera publié en même temps que le jeu. Dans la semaine de la sortie du jeu, nous vous ferons un port report pour savoir comment le jeu tourne sur PC. La liste des options de configuration a fuitée et elle est très complète. Pour les plus impatients, vous pouvez vous rendre sur le reddit du jeu ou regarder cette vidéo tournée à 60 FPS à 720p :

Enfin le futur changelog du patch :


Ecrit par Gooddick à 21h00

Il y a quelques mois 4A Games (les développeurs de Metro 2033 et Last Light) avait annoncé le développement d’une nouvelle licence dans l’espace. Ce projet ne verra peut-être pas le jour. Le développement de ce nouveau jeu est suspendu pour ne pas dire annulé. Aucune annonce officielle mais une offre d’emploi a donné la nouvelle :

L'offre a été modifiée, à la base l'offre annonçait le projet en développement (voir l'image).

En revanche, l’autre jeu en rapport avec Metro est toujours en développement. Des nouvelles de ce prochain Metro devraient arriver prochainement. Pour l’instant très peu d’informations sont disponibles sur le prochain opus de la licence mais l’un des développeurs avait annoncé qu’il serait bien différent des précédents. Vu l’annulation de S.T.A.L.K.E.R. 2, un prochain Metro ne serait pas de refus dans le monde des FPS apocalyptiques.

Merci à OnlySP pour l’info.

16 novembre 2015

Ecrit par rgk à 12h36

Outre le Tokyo Games Show, en Asie il existe aussi la GameStart, située à Singapour. Pour cette édition 2015, rgk s’est porté volontaire pour y faire un tour et nous faire part de ses impressions sur ces jeux développés de l'autre côté du globe.

Mighty Number 9

Financé grâce à Kickstarter et développé par des anciens de Mega Man, Mighty Number 9 (steam) est un jeu d'action/plateformes. Le personnage principal peut tirer tout droit pour désactiver des ennemis robotiques, qu’il faut ensuite définitivement éliminer par un dash. Le dash fonctionne très bien et rend le jeu très réactif, mais le level design très couloir dans des décors trop minimalistes ne m’a pas convaincu. Mon principal souci était un niveau où différentes salves de tir viennent régulièrement traverser l’écran, sans offrir la satisfaction de rapidement pouvoir déterminer et éliminer leur origine. Autrement, les combats contre les boss m'ont semblé plutôt pas mal !

Spacejacked

Spacejacked (greenlight) me fait penser à Super Crate Box avec son action frénétique, ses graphismes en pixel-art et ses niveaux qui sont en fait un seul tableau constitué de plateformes, mais la comparaison s’arrête là. Le personnage principal se déplace rapidement en inversant la gravité au lieu de sauter comme dans VVVVVV, et même si il est possible de tirer il faut surtout poser des tourelles en des emplacements prédéfinis pour arrêter les vagues d’Aliens qui attaquent les différentes parties du vaisseau. Le jeu est plaisant à jouer et exigeant, mais je ne me verrai pas y jouer pendant longtemps surtout que la partie Tower Defense est à la fois importante et simpliste. Une démo est disponible ici.

Stifled

Stifled est un jeu d’aventure/horreur à la première personne, qui consiste à se repérer dans les niveaux en utilisant le son du microphone (ou une touche dédiée) pour lancer une écholocation. Ainsi, la géométrie du jeu est vue comme du fil de fer blanc qui apparait ou disparait en fonction des sources de bruit. Et un monstre rond et bouillonnant se dirige vers les sources sonores.

Si le concept vous rappelle quelque chose, c’est que d'anciens développeurs d’Irrational Games, ont récemment annoncé Perception, un jeu au concept similaire.

Je n’ai joué qu’à une démo de Stifled et non à la version finale, mais je peux déjà dire que la différence se joue sur le fait que Perception est très guidé et narratif tandis que Stifled est plus brut et focalisé sur le gameplay. C’est ainsi que je me promenais dans un égout et que chaque pas dans l’eau trahissait ma présence alors que je tentais de contourner un monstre. Ce dernier est capable de traverser les portes afin d'empêcher le joueur de se sentir en sécurité tant qu’il fait du bruit. D’après les développeurs, il sera possible de par exemple allumer une radio pour distraire le monstre en un point précis et le contourner discrètement. Autant le concept est alléchant, autant je n’ai pas passé un moment très intéressant sur le jeu parce que je ne savais pas que le seul moyen de se déplacer sans bruit était de s’accroupir et du coup je ne faisais que courir et mourir.

Rocketbirds 2 - Evolution

J’ai le premier opus mais je ne l’ai pas encore testé. Et je ne manquerai pas de le faire maintenant que j’ai joué au 2, qui était ma foi fort sympathique. C’est un jeu d’action/plateformes qui a la particularité d’utiliser une visée à 360° et met donc à profit notre interface favorite : la souris. Le premier niveau que j’ai joué consistait à se défendre contre des vagues d’ennemis sous l’eau (sans barre d’oxygène rassurez-vous) et permettait de se déplacer dans toutes les directions tout en activant un boost qui se recharge immédiatement. Le résultat était excellent, super rapide et manœuvrable avec des petits détails bien sympathiques comme se débarrasser d’un missile à tête chercheuse en le faisant percuter en ennemi après un virage bien serré. Le niveau suivant se passait dans un sous-marin et proposait de nombreuses armes différentes, y compris un outil pour prendre le contrôle à distance d’un ennemi collé à son téléphone portable et le forcer à ouvrir une porte bloquant le chemin du joueur. C’était pour moi le jeu le plus intéressant de cette fournée, malgré le multi-joueur local en arène trop lent (les joueurs ont trop de vie quand on a pour habitude les morts immédiates de Samurai Gunn et Towerfall). Malheureusement, le jeu sortira d’abord sur PS4 et Vita avant de pointer son nez sur PC.

Rocketbirds - Hardboiled Chicken (le premier, sur steam) est pour encore quelques jours disponible au prix que vous voulez dans le Humble Weekly Bundle. A noter que c'est jouable en coop !

Star Wars : Battlefront

Seul jeu de la liste qui n'est pas développé en Asie. J’ai pu tester le mode solo de Star Wars : Battlefront avec Dark Vador, et ça n'a guère d'intérêt. L’objectif est juste de tuer un certain nombre de rebelles. Le niveau multi réutilisé pour le solo est trop grand et inintéressant pour un personnage aussi lent, il m’a fallu moins de cinq minutes pour déjà en avoir marre et essayer de liquider mes propres Stormtroopers, sans succès. Et puis me faire jouer à ça au pad, quelle horreur… Non, si vous voulez jouer à un FPS Star Wars en solo, je ne peux que vous recommander l’excellente série des Dark Forces / Jedi Knight dont tout particulièrement Jedi Outcast (steam / gog).

12 novembre 2015

Ecrit par Gooddick à 15h04

Pour moi, les derniers jeux Fallout étaient plus proches d’un coup d’un soir que d’une grande histoire d’amour. C’est donc avec une certaine appréhension que j’ai lancé le dernier opus de la série.

Tout d’abord, nous allons parler des nombreux points négatifs du titre. Côté optimisation, Fallout IV ne fait pas partie des bons élèves. Contrairement à Call of Duty : Black Ops 3 ou Anno 2205 (même si sur ce titre, il y a des choses à redire), Bethesda ne remplit pas les critères en termes de qualité d’un jeu AAA. Le jeu tourne globalement correctement mais des chutes de framerate font leur apparition sans aucune raison. Par exemple, certaines zones, qui ne sont pas forcément très gourmandes, nous font subir des chutes dramatiques si le joueur regarde à certains endroits. De plus, certains centres villes sont carrément injouables. Engager un combat dans ces zones relève du suicide tant la framerate est bas. Le plus condamnable dans cette optimisation est que le titre post apocalyptique n’offre pas du tout un bon rapport performance/qualité.

Quelques exemples de problèmes majeurs avec le jeu : certaines textures sont passables, les animations ont été réalisées à la main (pas de motion capture), les effets mouillés en lien avec la pluie arrivent à faire planter l’affichage visuel en créant un filtre blanc sur l’ensemble des textures rendant le jeu injouable, la physique fait parfois s’envoler et s’écraser les compagnons ou les monstres, la synchronisation des lèvres et des paroles est parfois hasardeuse, le pipboy (menu et inventaire) est une plaie à utiliser…

Malgré l’ensemble de ses défauts Fallout IV me scotche ! Un effort important a été fait sur le feeling général des armes, l’ambiance est pesante et l’aspect survie est bel et bien présent. Contrairement à Fallout III, il ne s’agit pas d’une balade de santé. Entre la radioactivité, les monstres légendaires, les pièges… Crever la gueule ouverte est quasi une certitude si l’on fonce directement dans un camp de supermutants. Il faut s’équiper, ne pas hésiter à ramener un coéquipier (certes, il va plus servir de punchingball que d'un véritable tireur d’élite), ne pas courir au milieu de nulle part… Sans oublier la partie crafting de bâtiments ou d'armes qui est  bien réalisée.

Bethesda a aussi fait un pari osé ; celui de mettre une power armor dès le début de la partie. D'autres armures sont disponibles dans le Wasteland mais le fait d’en obtenir une dès le début pousse le joueur à essayer le crafting. Cela l'amène aussi à explorer et à récolter des fusions cores (pile d’une demi-heure d’autonomie nécessaire pour faire fonctionner l’armure). C’est exactement ce qui m'incite à poursuivre le jeu et à aller explorer les terres désolées.

Par ailleurs, n'ayant pas suffisamment avancé dans le jeu, je ne parlerai pas de la narration. Enfin, pas mal de personnes regretteront le côté beaucoup trop sérieux du titre contrairement à New Vegas.

Fallout IV vaut le détour même si vous n’avez pas forcément apprécié les anciens opus. Bethesda avait connu des problèmes moins flagrants lors de la sortie de Skyrim mais le studio avait réussi à corriger le tir. Les prochains patchs devraient arriver rapidement. Le premier est déjà sorti mais il ne corrige que quelques problèmes liés à des crashs audios. Nous vous ferons un retour dès que Bethesda corrigera son dernier titre.

L'ensemble des screenshots viennent du Steam Commmunity.

9 novembre 2015

Ecrit par Gooddick à 22h24

Les terres désolées de Fallout IV arrivent dans quelques heures sur PC et nous vous proposons un récapitulatif des dernières infos avant la sortie du jeu.

La plupart des tests parus sur le net s’accordent pour dire que le jeu vaut le détour si l’on arrive à faire abstraction de certains paramètres. Fallout IV est notamment bourré de glitchs et de bugs en tout genres. Vous pouvez voir une démonstration de quelques-uns de ces problèmes sur cette vidéo. Selon les tests, l’écriture du scénario principal est très bonne à médiocre mais tous s’accordent à dire que la carte est très grisante à explorer. Côté technique, les performances ont l’air d’être bonnes et assez similaires à ce qu’on retrouvait au lancement de Skyrim, en somme rien d’inquiétant :

À noter que la résolution 21:9 (2560x1080) est pris en charge nativement par le jeu.

Les vidéos qui présentent chaque paramètre de votre personnage sont visibles en cliquant sur chaque lettre : S P E C I A L (Force, Perception, Endurance, Charisme, Intelligence, Agilité, Chance). Vous pouvez vous amuser comme un gros nerd à calculer par avance les points SPECIAL pour avoir un personnage à votre goût en vous rendant sur cette page. Enfin, pour les personnes qui ne peuvent vraiment pas attendre la sortie française JackFrag a réalisé une vidéo de la première heure de Fallout IV :

Rendez-vous à 28 :30 pour éviter les spoilers du début du jeu.

La dernière grande inconnue est l’intégration des mods. Avec le dernier incident et les mods payants de Skyrim, il y a fort à parier que Bethesda va retenter de faire passer un système lucratif avec les futurs mods du jeu. Aucune date n’a été communiquée pour les outils de moddings mais ceux de Skyrim étaient arrivés trois mois après la sortie du jeu.

Une fois que le jeu sera sorti, vous pouvez modifier le fov et virer les options de lancement en modifiant les fichiers Fallout4.ini et Fallout4Prefs.ini. situés dans (Mes documents/My Games) :

[General]
sLanguage=fr
uGridsToLoad=5
uExterior Cell Buffer=36
bDisableAllGore=0
SIntroSequence=1 <- pour virer les vidéos d’intro, remplacer le 1 par 0

Pour le field of view, c’est situé dans la partie [Interface] et aussi dans la partie [Display]

[Interface]

fDefault1stPersonFOV=80

Nous vous laissons sur quelques screenshots du jeu trouvés sur Steam :


Ecrit par Gooddick à 1h00

Le premier jeu Call of Duty arrive sur nos machines en 2003 grâce aux développeurs de chez Infinity Ward. Le succès est total et la franchise va subir un essor assez exceptionnel pour un FPS. La grande lancée arrivera avec le premier Modern Warfare qui donne un cachet repris maintes et maintes fois dans les FPS modernes. Depuis la franchise a connu des hauts et surtout des bas. Sur l'ensemble des forums du net, il y a toujours un bashing constant sur la franchise. Pourquoi ? On ne peut pas résumer ce phénomène si facilement mais c’est surtout un ras-le-bol de voir un jeu se répéter quasi à l’identique année après année. Activision a bien retenu le proverbe : "On ne change pas une recette qui marche".

Au niveau des performances, sur ma configuration (i5 3570K OC 4.2 Ghz / 970 GTX / 8 Go de RAM), le jeu tourne quasi sans aucun souci. Certes, le lancement a été chaotique entre l’impossibilité de jouer, les bidouilles et la connexion impossible au réseau du jeu... Les premières heures m’ont fait grincer des dents. Avec presque toutes les options d’activées au maximum (sauf les textures : une carte graphique avec 6 Go de Vram est nécessaire), le jeu tourne à 75 fps constants. D’ailleurs, ce Black Ops III est doté d’une multitude d’options graphiques :

   

On regrettera deux choses : l’absence d’un fov pour l’ironsight et l’impossibilité de régler la sensibilité ADS. En revanche de nombreuses personnes avec des configurations beaucoup plus restreintes font part de problèmes pour faire tourner correctement le jeu. Vérifier bien que votre configuration est supérieure à celle requise. Il est important de noter que le jeu est plus dépendant du GPU que du CPU.

Passé le côté technique, Call of Duty : Black Ops III ne se fout pas de notre gueule. Des serveurs dédiés (mais pas de server browser), une campagne jouable en coop jusqu'à quatre joueurs (compter six à huit heures de jeu), un mode freerun qui vous permet de faire une course d’obstacles, un mode zombies jouable à plusieurs et enfin un multijoueurs avec onze cartes. À titre de comparaison, c’est beaucoup plus que ce que va proposer Star Wars : Battlefront. Et ce Call of Duty est hautement plus fun que ce que nous avons pu tester de ce Battlefront. La plupart des cartes sont biens pensées : il n’y a pas de spawns complètement débiles comme on peut en voir dans Battlefield 4, les environnements sont variés, plusieurs passages ont été pensés pour du wallrun… Ce déplacement est nettement moins bien intégré aux cartes que dans TitanFall mais il reste plaisant à utiliser pour surprendre l’ennemi. Le gunplay reste fidèle à ce qu’on voit habituellement dans la série : simple mais efficace.

Du côté du netcode rien à redire, les serveurs dédiés et le matchmaking font plutôt bien leur travail. La compensation du lag est bien présente mais reste très légère comparée au moteur Source. Le seul point négatif est que certains modes de jeu ne sont absolument pas joués comme le CTF. La plupart des joueurs sont sur du TDM ou de la capture de points.

Je n’avais pas acheté un Call of Duty depuis Black Ops premier du nom, c’est un plaisir de retourner sur cette franchise. Il est évident que le jeu n'est pas révolutionnaire, qu'il n'apporte pas un multijoueurs asymétrique avec une tonne de nouveautés... Néanmoins, Black Ops III est rapide, fun et c'est un bon défouloir. Pour vous donner une idée de ce que donne le jeu en TDM, j'ai réalisé une vidéo sans prétention (ne faites pas attention aux deux lags, ma connexion a fait des siennes) :

7 novembre 2015

Ecrit par rgk à 11h34

Pour terminer sur ma sélection aventure/horreur d'Halloween, découvrons ensemble Neverending Nightmares ! Cette fois ce n'est pas un point'n'click, mais plutôt une expérience narrative. Ça commence doucement. Trèèès doucement. Et il n'y a pas grand chose à faire. Le début ne m'as pas franchement convaincu, tout au plus intrigué de par son style artistique.

 

4 novembre 2015

Ecrit par Gooddick à 20h50

Le dernier opus de la série d’Anno est paru le deux novembre sur Uplay et Steam. Après une dizaine d’heures dessus, il est temps de vous faire un premier retour.

Le grand changement comparé aux précédents opus est l’absence de mode libre ou plutôt la fusion de celui-ci avec le mode solo. Je m’explique : dans les précédents Anno, vous pouvez lancer un mode libre ou sandbox, directement depuis le menu. Dans Anno 2205, vous n’avez pas cette possibilité. Vous n’avez qu’un seul et unique mode, le mode campagne. Un choix étonnant car le jeu se retrouve donc sans son atout majeur.

Malgré l’absence de mode libre, le jeu reste plaisant à jouer. Vous pouvez parfaitement vous développer sans prêter garde aux différentes missions secondaires. Divisé en plusieurs cartes, vous devez conquérir le plus d’espace possible, tout en agrandissant votre civilisation. Un peu comme ce que proposait Anno 1404 avec les différentes îles et les fertilités, Anno 2205 a aussi son lot de secteurs différents. Vous devez toujours vous étendre pour obtenir certaines ressources et donc un certain niveau de civilisation. En revanche, vous aurez quelques difficultés supplémentaires : en antarctique, le froid vous forcera à regrouper vos colonies et vos usines ; sur la lune, des boucliers énergétiques seront nécessaires pour protéger vos colons et vos usines des pluies d'astéroïdes ; etc. En revanche, Anno 2205 risque de perdre de sa rejouabilité car les cartes ne sont plus générées aléatoirement.

Le plus flagrant est l'absence d'un bouton de sauvegarde. Il est en effet impossible de sauvegarder manuellement la partie. Le jeu se charge tout seul de sauvegarder votre jeu. Par contre, rien n'indique quand le jeu est sauvegardé.

Pour couronner le tout, les performances du jeu sont très instables. Anno 2205 se retrouve parfois avec un framerate catastrophique. Au bout de quelques heures c'est pire et en observant la consommation de la RAM, tout porte à croire que cette version aurait une fuite de mémoire. De plus, le jeu est plus fin que ces prédécesseurs mais la population et certains effets ont perdus en qualité. Le framerate a tendance à nous faire subir de l’input lag. Par exemple, le clavier ne répond pas à notre commande ou l’impression du clique gauche force parfois le joueur à créer un rectangle de sélection plutôt que de sélectionner tout bêtement une unité.

Des drivers Nvidia viennent de sortir pour un meilleur support du jeu. Sur ma configuration (i5 3570K OC 4.2 Ghz / 970 GTX / 8 Go de RAM) aucune différence n'est notable avant ou après le changement de driver.

Pour l'instant, il est évident qu'il faut attendre avant d'acheter Anno 2205. Les développeurs du jeu (Blue Byte) ont toujours été réactifs sur les patchs des précédents jeux. Il est aussi notable que le jeu ne propose pas de multijoueurs.

Nous posterons un retour dès les premiers patchs sur le jeu et les performances. L'ensemble des screenshots de cet article proviennent du jeu avec toutes les options graphiques sur le plus haut paramètre sauf l’anti-antialiasing en fois deux.

3 novembre 2015

Ecrit par Lyrad à 11h15

Aujourd'hui j'ai décidé de vous proposer de découvrir The Black Watchmen. Il s'agit d'un jeu d'enquête en Alternate Reality Game développé par Alice & Smith, studio basé à Montréal. Le jeu est sorti cet été sur PC et se divisera en 2 saisons. La première saison coûte 15 euros dans steam (12 euros pendant halloween) et la deuxième sera vendue 25 euros. Ceci étant ma première vidéo de présentation n'hésitez pas à me dire ce qui ne va pas dans les commentaires de la news. Assez parlé, place à la vidéo :