Ecrit par Gooddick le 12 novembre 2015 à 15h04

Pour moi, les derniers jeux Fallout étaient plus proches d’un coup d’un soir que d’une grande histoire d’amour. C’est donc avec une certaine appréhension que j’ai lancé le dernier opus de la série.

Tout d’abord, nous allons parler des nombreux points négatifs du titre. Côté optimisation, Fallout IV ne fait pas partie des bons élèves. Contrairement à Call of Duty : Black Ops 3 ou Anno 2205 (même si sur ce titre, il y a des choses à redire), Bethesda ne remplit pas les critères en termes de qualité d’un jeu AAA. Le jeu tourne globalement correctement mais des chutes de framerate font leur apparition sans aucune raison. Par exemple, certaines zones, qui ne sont pas forcément très gourmandes, nous font subir des chutes dramatiques si le joueur regarde à certains endroits. De plus, certains centres villes sont carrément injouables. Engager un combat dans ces zones relève du suicide tant la framerate est bas. Le plus condamnable dans cette optimisation est que le titre post apocalyptique n’offre pas du tout un bon rapport performance/qualité.

Quelques exemples de problèmes majeurs avec le jeu : certaines textures sont passables, les animations ont été réalisées à la main (pas de motion capture), les effets mouillés en lien avec la pluie arrivent à faire planter l’affichage visuel en créant un filtre blanc sur l’ensemble des textures rendant le jeu injouable, la physique fait parfois s’envoler et s’écraser les compagnons ou les monstres, la synchronisation des lèvres et des paroles est parfois hasardeuse, le pipboy (menu et inventaire) est une plaie à utiliser…

Malgré l’ensemble de ses défauts Fallout IV me scotche ! Un effort important a été fait sur le feeling général des armes, l’ambiance est pesante et l’aspect survie est bel et bien présent. Contrairement à Fallout III, il ne s’agit pas d’une balade de santé. Entre la radioactivité, les monstres légendaires, les pièges… Crever la gueule ouverte est quasi une certitude si l’on fonce directement dans un camp de supermutants. Il faut s’équiper, ne pas hésiter à ramener un coéquipier (certes, il va plus servir de punchingball que d'un véritable tireur d’élite), ne pas courir au milieu de nulle part… Sans oublier la partie crafting de bâtiments ou d'armes qui est  bien réalisée.

Bethesda a aussi fait un pari osé ; celui de mettre une power armor dès le début de la partie. D'autres armures sont disponibles dans le Wasteland mais le fait d’en obtenir une dès le début pousse le joueur à essayer le crafting. Cela l'amène aussi à explorer et à récolter des fusions cores (pile d’une demi-heure d’autonomie nécessaire pour faire fonctionner l’armure). C’est exactement ce qui m'incite à poursuivre le jeu et à aller explorer les terres désolées.

Par ailleurs, n'ayant pas suffisamment avancé dans le jeu, je ne parlerai pas de la narration. Enfin, pas mal de personnes regretteront le côté beaucoup trop sérieux du titre contrairement à New Vegas.

Fallout IV vaut le détour même si vous n’avez pas forcément apprécié les anciens opus. Bethesda avait connu des problèmes moins flagrants lors de la sortie de Skyrim mais le studio avait réussi à corriger le tir. Les prochains patchs devraient arriver rapidement. Le premier est déjà sorti mais il ne corrige que quelques problèmes liés à des crashs audios. Nous vous ferons un retour dès que Bethesda corrigera son dernier titre.

L'ensemble des screenshots viennent du Steam Commmunity.



Laisser un commentaire
comments powered by Disqus